aller à la navigation

PRINCES ET PRINCESSES février 25 2012

Infos : , ajouter un commentaire

christine-mauritanie-4.jpg En mai, fait ce qu’il te plaît, nous dit un bon vieux dicton français.

En avant toute contre vents et tempêtes, Gaspard aux oreilles cassées par les adultes et non pas par les enfants, reprend la route.

Il y aura des Petits Princes, des cahiers, des crayons de couleur, des vêtements (et croyez moi il n’y en aura jamais assez).

Cela se passera au Maroc : Bouzarkhane aux portes du sahara, Tarfaya au bord de l’océan, Nouadhibou, et en Mauritanie à Nouakchott, Azougui au nord d’Atar et bien sûr dans notre petit village de pêcheurs. Des lieux et des interlocuteurs choisis pour leur symbolique forte, et leur hospitalité exceptionnelle.

Il y aura des lectures, des ateliers de dessin, d’écriture et de photographie. Je demanderai aux enfants de quoi ils rêvent, lorsqu’ils dorment sous les étoiles et dans le vent.

Si vous souhaitez m’aider dans ce projet, j’en serai honorée.

Si vous souhaitez des photos, je vous en enverrai.

Les enfants, eux, feront des dessins que je rapporterai.

Nous les exposerons, là où vous voudrez.

une adresse et une seule, pour nous envoyer vos dons, petits livres du Petit Prince, crayons, gommes, et tout ce que vous voudrez.

Je remplirai ma voiture. Pour une grande aventure humaniste et pédagogique. Que nous raconterons dans le journal MACADAM bien sûr ! en vente 2 euros dans les rues de Paris et sur abonnement, voilà une bonne action !

Un grand merci à la fondation Antoine de Saint Exupéry pour son soutien.

Merci d’avance à Mafhoudh OULD KABACH qui sera mon guide et interprète bénévole dans le désert d’Atar. Merci à mes amis de Tarfaya, de Bouzarkhane et de Nouadhibou, merci à Amadou le pêcheur, et bien sûr à mes petits princes des sables…

Merci à tous ceux qui ont compris que la vie ne se fait pas sans partage.

christine bergougnous

l’étoile bleue

09500 MALEGOUDE

christineb.fr@gmail.com et 06 84 34 57 49

Petits princes des sables, du ciel et de l’océan février 6 2012

Infos : , ajouter un commentaire

mauritanie-5-033.jpg Cela s’est passé à 150 kilomètres de Nouakchott, en Mauritanie.

Un problème sur mon véhicule me forçait à rentrer plus tôt que prévu en France.

Alors que je faisais un plein d’essence, un jeune homme m’a demandé de l’emmener dans son village, un village de pêcheurs.
Il s’appelle Amadou. Il m’a dit, viens dans mon village, je te donnerai du poisson.

Nous avons bu les trois thés, dans la cabane d’Amadou. Les enfants sont arrivés, les uns après les autres, en sortant de l’école.

Ils ont vu Gaspard. Une petite fille s’en est emparée, je l’ai suivie sur la plage, et j’y ai rencontré l’instituteur.

Dans le village d’Amadou, il n’y a rien. Quelques bateaux de pêche, des filets, mais pas de voiture. Pas d’électricité.

J’ai offert aux enfants les derniers crayons de couleurs, des cahiers, des feuilles pour dessiner, des gommes, des taille crayons, et des habits.

Les enfants couraient pieds nus dans le sable chaud derrière la voiture.

Un jour je reviendrai, inch Allah. Je leur apporterai des Petits Princes, et resterai dans le village pour écouter les histoires d’un peuple hospitalier, qui fait encore battre mon coeur.

Merci à Thierry ABOULIN pour les crayons de Newell, merci à Pierre Emmanuel TAITTINGER de m’avoir aidée à partir à la rencontre des petits princes du sable et du désert, merci à Henri, à Xavier, à Martine, à Isabelle d’AGAY, à Angel et à Nadine, merci à tous ceux qui m’ont soutenue dans ce projet. Je n’ai pas de mots pour décrire la joie des enfants que j’ai rencontré. Je n’ai pas de mots pour remercier le Maroc et la Mauritanie pour leur immense hospitalité, et ne cesserai de dire que voyager dans ces pays est un bonheur de chaque instant.

Un nouveau projet va prendre forme dès mon retour en France ; il sera dédié à plus d’enfants mais aussi à la mémoire d’Antoine de SAINT EXUPERY qui a marqué bien des mémoires : à Safi et à Tarfaya au Maroc, à Nouadhibou en Mauritanie et dans tant de villages sur la route entre Toulouse et SAINT LOUIS du Sénégal. Je citerai Bouzarkhane aux portes du Sahara marocain, Laayoune et bien sûr, le village des pêcheurs d’Amadou…

Déjà, les enfants et les instituteurs m’attendent, des crayons de couleur dans les cartables et des rêves à partager…

Merci encore à chacun de vous pour votre soutien sans faille. Merci aux policiers, aux gendarmes et aux douaniers du Maroc et de la Mauritanie, merci à Mahfoud, mon ami, merci à Ali, à Jojo, merci à Moussa et Moussa, à Goulo et à Fatouma, merci à Brahim et à ta famille, merci à Abdoul, merci à Houceman, merci à Ngam Seydou et à Claude, merci à Nordine et à Yazid, à Idir et à Dialogus et à mes amis de Bouzarkhane qui m’ont invitée à vivre un mariage berbère, et à tous ceux que je pourrais oublier tant la liste est longue.

Merci à Saïd et Taîb d’Aglou, merci à Jeanine et à nos mariés de Safi, Ramona et Najib, merci à la famille de  Najib pour cet accueil si chaleureux.

Oh, comme l’Afrique sait aimer, quand on l’aime aussi. Je reviendrai, inch Allah.

Et bien sûr, il y aura une place dans ma voiture, mais pour une personne qui aime vraiment l’Afrique. Une personne qui aime tout simplement. Pas un touriste. Sur la route entre Barcelone et Nouakchott, on m’attend avec une joie que vous ne soupçonnez pas.

contact : 06 84 34 57 49 christineb.fr@gmail.com


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 106 articles | blog Gratuit | Abus?