aller à la navigation

le coeur des hommes janvier 24 2012

Infos : , ajouter un commentaire

dsc_4702.jpg

En Mauritanie, le coeur des hommes est enveloppé de lumière. Elle s’incruste dans les plis des boubous, les bleus et les blancs.

Choisis un boubou blanc, c’est le plus beau, m’a dit Brahim, mon hôte de la vie. Et sois chez toi chez nous. Ici, tu as une maison, une famille, reste, aussi longtemps que tu le voudras. J’ai demandé à Brahim si son père était à celui qui l’avait élevé à tant de générosité, tant de respect, tant d’amour. Mais Brahim a perdu son père quand il avait cinq ans. En plein milieu de l’océan, un accident d’avion. Seule, sa mère, née dans le désert, lui a donné tout l’amour du monde. Je leur ai offert Le Petit Prince, leur expliquant le sens de ma vie, pendant que la tante peignait mes doigts au hénné.

J’ai choisi le boubou blanc, celui de la pureté, celui qui brille au soleil de la Mauritanie. Il est incrusté de fils d’or. Lorsqu’il flotte au vent sur la plage de Nouackchott, je reçois tout l’amour du monde.

Forcément, j’ai envie de dire que la Mauritanie est le pays le plus hospitalier au monde, le plus généreux.

Il suffit d’y rencontrer des princes. Des princes dont personne ne connaît la grâce et l’infinie générosité.

Ils sont là, autour de moi, ils me voient et je les vois, et nous ne devenons plus qu’un.

Le bazin, qui sert à la confection des boubous, vient d’Allemagne. Il est frappé à froid dans les rues de Nouakchott, par des garçons assis sur le sable, à l’ombre d’un toit de tôle. Ils y imprègnent des motifs que l’oeil cherche à décrypter, mais le renard a dit, l’essentiel est invisible aux yeux, on ne voit bien qu’avec le coeur. Je n’ai pas rencontré les doigts qui brodent le fil d’argent, mais cela ne saurait tarder…

Pendant ce temps, les enfants de l’école Mariam Diallo lisent un petit livre. Au mois de juin, ils ouvriront leur livre de lecture à une page bien particulière : l’extrait du conte de Saint Exupéry, la rencontre d’un renard et d’un enfant. Il faudra, oui, il faudra que je retourne à Nouakchott.

Et déjà, des dessins merveilleux, que je garde précieusement, comme des perles d’amour dont je ferai un collier un jour.

le sourire de ma mère janvier 24 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Parfois, et souvent même, il est inutile de parler….

le-sourire-de-ma-mere.jpg

Il paraît que la plage de Nouakchott est la plus belle du monde.

Mais quand un homme emmène sa mère, au soleil couchant, sur cette plage, la vie prend une autre dimension.

Ce soir, Brahim m’emmènera chez sa mère, et je reverrai son sourire.

Un jour à Nouakchott janvier 24 2012

Infos : , ajouter un commentaire

rencontre-sur-la-plage-de-nouakchott.jpg Je n’avais pas prévu ça. Je veux dire, la plage…

D’un côté, les pêcheurs, qui tiraient leurs barques sur le rivage, les femmes assises dans le sable à attendre les caisses de poisson.

De l’autre côté, l’infini du sable, un sable blanc et fin, comme on en rêve lorsqu’on est enfermé dans un bureau. Et le bleu, le bleu de l’océan, et la douceur d’une fin de journée à Nouakchott, comme on ne peut l’imaginer.

Elles étaient là, assises côte à côte. Elles me souriaient et je leur souriais. Leur âme a croisé la mienne. Je ne voyais plus rien d’autre.

Brahim s’est approché de moi, je photographiais le sourire de sa mère et de sa tante.

Elles m’ont dit, viens manger chez nous demain.

Parce que c’est comme ça, la Mauritanie. Un pays de princes et de princesses.

les crayons de couleur janvier 23 2012

Infos : , ajouter un commentaire

 les-crayons-de-couleur.jpgVoilà : mission accomplie et  MERCI THIERRY ABOULIN  de NEWELL FRANCE !

Après une semaine de route à travers l’Espagne et le Maroc, Gaspard le renard est arrivé en Mauritanie, à Nouakchott, et ce matin il a distribué aux enfants de cinquième et sixième année de la petite école de Mariam Diallo, à Nouakchott, les cartons de crayons de couleur, ensuite les rouleaux de papier offerts par notre imprimeur de Mirepoix, et les Petits Princes offert par tous les merveilleux donateurs, dans une effervescence inhabituelle… séance interrompue par la police de Nouakchott qui est venue inspecter les cartons, les livres et mon passeport… Mais je repars avec l’adresse email de l’inspecteur de police qui va lire aussi le Petit Prince !!!!

Merveilleuse Mauritanie, pays de la poésie, de l’amitié, des sourires ; et pendant que je rencontre d’autres petits princes, à l’auberge du Sahara sur la route de Nouadhibou, et sur les plages de Nouakchott, les enfants dessinent pour nous….

Merci à tous ! Et si vous voulez en savoir plus, rejoignez nous sur facebook ! Cherchez Arthur zor ! Il vous attend avec plein d’images !

Le petit prince a raison janvier 23 2012

Infos : , ajouter un commentaire

maroc-4-019.jpg Après une semaine de voyage me voici donc à Nouakchott, capitale de la Mauritanie.

Pour ceux qui auraient tendance à écouter les conseils aux voyageurs dictés par les chancelleries étrangères en place à Nouakchott, je leur dirais, allez là où vous êtes guidés. La MAURITANIE est un pays accueillant, où tous les partages sont possibles.

Bien sûr, pour celà, il faut aimer l’Afrique. Il faut s’aimer tout simplement.

Mais dans ma voiture, et sur la route, Gaspard entend des propos injustes. Tous les voyageurs ne se ressemblent pas. Il y a ceux qui aiment, dont les mains tremblent et le coeur bat, dont les yeux brillent, et ceux qui “bouffent des kilomètres”, ceux qui “font des affaires” et qui pensent encore que certaines races sont supérieures à d’autres…. et même ceux qui pensent que l’homme est supérieur à la femme, et que l’homme doit tout décider, tout contrôler.

Gaspard et moi avons donc décidé de ne plus laisser les adultes nous agresser, ceux qui ont oublié de cultiver leur rose, ceux qui ont oublié la vérité de la nature, je parle, non pas de la nature humaine mais de celle de Dieu : les renards sauvages, les déserts, les forêts, les plantes, les étoiles, le ciel, bref, vous savez.

Au Maroc, sur ma route, j’ai rencontré une jeune fille qui ne va pas à l’école, et c’est peut-être mieux pour elle. Car l’école transforme parfois le coeur des enfants jusqu’à l’endurcir à un tel point que plus rien ne peut le troubler.

Elle me faisait de grands signes, je me suis arrêtée, elle m’a embrassée, comme ça, spontanément. Nous avons parlé, un peu de français pour elle et trois mots d’arabe pour moi. Elle s’appelle Fuzia, ou Fouziya, je ne sais pas, elle n’a pas pu écrire son nom pour moi. Je sais qu’elle ne verra jamais cette photo, sauf si je la retrouve au bord du puits, quelque part entre Rabat et Essaouira….

Relisez le Petit Prince, et dites moi s’il n’avait pas raison…

Petits Princes du désert janvier 13 2012

Infos : , ajouter un commentaire

newell-thierry-aboulin-001.jpg  Merci Merci à Thierry ABOULIN de la société NEWELL !!!! Ou comment, un mois après Noel, offrir encore des cadeaux aux enfants du désert…………..

Oui, je serai à Nouakchott le 25 janvier, avec Guy bien sûr.

Merci aux douaniers de nous laisser passer sans nous demander d’ouvrir tous les cartons !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Et si quelqu’un s’inquiète, dites lui que tous les cartons ont été rangés, sous la bâche…

Et si vous voulez des nouvelles des petits princes du désert, écoutez Brigitte PATIENT le matin sur France Inter, à 5 heures (et oui, la vie appartient à ceux qui se lèvent tôt !) dans son émission magique Un jour tout neuf, rubrique Emmenez moi !!!

Merci Brigitte et Léa et tous les amis des petits princes de l’Afrique………….

Le pétillement des étoiles janvier 11 2012

Infos : , ajouter un commentaire

depart-003.jpg oh, si les enfants de Nouakchott savaient…. Aujourd’hui, encore des surprises pour eux.

Faut il classer par ordre toutes les surprises de ce mercredi ? Lorsque je vais me connecter de chez moi à la mairie de mon village, il fait souvent nuit. Si le ciel est éclairé, toutes les étoiles du monde brillent au dessus de moi, et je reste un moment à les regarder avant de m’enfermer à nouveau.

J’aimerais dire à tous ceux qui ont encore ravi mon coeur aujourd’hui, que certainement une étoile brille pour eux. J’ai une pensée particulière pour un homme qui ne me connaît pas, mais qui a répondu à mon appel à la solidarité dans un élan d’amour fraternel pour l’Afrique qui nous habite, lui et moi, depuis toujours. Il s’agit de Pierre Emmanuel TAITTINGER. Nous sommes animés par la même foi. Je le remercie infiniment pour son soutien, inattendu, inespéré. Pierre Emmanuel TAITTINGER, j’en suis convaincue, a permis à mon fils de prendre conscience de la valeur de la vie, et certainement de comprendre, qu’en ces temps bien confus, donner un sens à nos vies peut nous projeter vers plus de partage, plus de compassion, plus d’amour. Le dépassement de soi est une façon de devenir un homme, tout en gardant son âme d’enfant, ce qui brille depuis toujours au fond de notre coeur. Notre société dite civilisée et notre système économique ne sont pas garants d’un avenir particulièrement joyeux pour nos enfants, s’ils s’oublient dans la facilité de la consommation. Oh combien facile pour des adolescents…

Mais comment ne pas remercier non plus Frank et Sacha qui préparent leur voyage autour du monde, de cette jolie attention, car en ouvrant l’enveloppe de Frank aujourd’hui, au milieu des crayons de couleur, ces images d’espoir et de joie réelle. Que ton rêve, Sacha, se réalise.

Et puis, remercier Martine mon amie qui oeuvre en silence, avec ses amies de Paris, et m’envoie régulièrement des cartons remplis de surprises, aujourd’hui des livres de lectures pour les cours préparatoires, des crayons, et autres petites surprises…

Enfin, je remercie Pierre Champau de GIBERT JOSEPH à Toulouse, d’avoir préparé pour les enfants de Nouakchott un carton de cartables, trousses, cahiers, bics, feutres et boîtes de peinture.

Merci à toi, petite Stella de Mirepoix, d’offrir tes livres aux petites filles de Nouakchott.

Un grand merci à Guy et à Jean Louis qui me permettent aussi de réaliser ce projet et bien sûr à Salif qui nous attend à Nouakchott, à Moussa qui me fait découvrir son pays, avec des photos, des musiques, et des rêves…

Ce soir, les étoiles pétillent et dansent dans le ciel de mon village. Merci à tous.

J’ai peur de ne pas avoir assez d’une voiture…

l’existence et les magiciens janvier 10 2012

Infos : , ajouter un commentaire

petit-prince-david001.jpg j moins presque quatre et plus je relis le Petit Prince plus je réalise l’importance des magiciens de la vie et l’importance de l’enfance.

la voiture est chargée et prête à partir. Merci à Jacques SERPIENSKI pour son merveilleux petit livre sur la Mauritanie et déjà, j’entends les enfants. Merci à tous ceux qui m’envoient encore des livres, des crayons de couleur et d’autres surprises…

La plus belle chose qui reste de l’enfance, est probablement la liberté de rêver, c’est pour cela que le Petit Prince qui est en chacun de nous ne doit pas mourir. A la fin de son livre, Antoine de Saint Exupéry demande à ses lecteurs de lui écrire, au cas où l’un d’entre nous rencontrerait le petit prince.

J’ai eu une infinie chance d’en avoir un dans mon ventre, dans mes bras, et dans mon coeur, et c’est à lui que je pense chaque jour, comme à des milliers d’enfants qui ont de la lumière dans les yeux. Dans le désert, je regarderai l’étoile du ciel, et écrirai une nouvelle histoire.

J’aime l’idée d’écrire une histoire à son enfant. L’histoire de la Mauritanie sera pour David, mon petit prince éternel, que nous partagerons avec tous les enfants du monde, qui regarderont les étoiles dans le ciel.

Je penserai à tous les enfants malades, ou abandonnés, à toutes les mamans privées de leurs enfants, à toutes celles et à tous ceux qui donnent leur vie pour les enfants du monde, à Sacha qui rêve d’un tour du monde en train avec son papa, et à mon père qui écrivait des lettres d’amour à ma mère, dans le désert de Mauritanie, en attendant qu’un convoi de chars apparaisse sur une piste. Je penserai à tous les soldats envoyés à la guerre, pour quoi, au fond. Et bien sûr, je penserai à tous les pilotes d’avion qui transportaient l’amour dans le ciel, entre l’Afrique et la France. Je penserai à tous ceux qui se battent pour un monde de paix.

j moins sept et les filles janvier 7 2012

Infos : , 1 commentaire

ogotemelou.jpg Merci Yéléna et Lou, merci Naïa et ta maman, merci Nadine, merci tout simplement pour les petites filles qui auront accès à l’éducation, qui apprendront à lire et à écrire, et qui peut-être, éclaireront le coeur du monde.

Toujours autant de guerres et de partout les mêmes peurs. Toujours autant de haine, et peu de chevaliers de l’amour.

Pourtant, quelques hommes ont bien compris. Je m’adresse à certains d’entre eux, et ils me répondent, si rapidement et avec tant de foi partagée que je ne peux pas ne pas les remercier, ils s’appellent Henri, Pierre Emmanuel, Xavier… Ils ne sont pas nombreux, mais ils se reconnaîtront.

J moins sept, je ne vois pas le temps passer.

dessine moi un renard janvier 6 2012

Infos : , ajouter un commentaire

vaness-ds-004.jpg

Franck Boucher que j’ai rencontré à l’UPP Maison des Photographes 121 rue vieille du temple Paris 3ème lors de mon expo en mars 2011, grâce à Xavier Zimbardo, propose de vendre en ligne sa belle affiche Dessine moi un mouton au profit des enfants de Nouakchott…

Merci Franck et que les voeux de Sacha qui doit faire le tour du monde en train se réalisent !

http://fb.darqroom.com/photo/travaux-dart-62374/dessine-moi-un-renard.tif-2183911

et comme les surprises continuent, en ce j moins huit, nous avons le plaisir d’annoncer l’arrivée de dix nouveaux petits princes offerts par la fondation antoine de saint exupéry…

Mais la plus jolie surprise de la journée, c’est le cadeau de Naïa, sept ans et demi, de la région parisienne. Ou comment une petite fille voit avec son coeur.


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 106 articles | blog Gratuit | Abus?